Actualité



Petit Guide pour un Varroa fort et virulent.

 Notes d’une conférence de John Haverson,Treatment Free Beekeeper en Angleterre,  donnée au « Rucher École Villa le Bosquet », en Normandie le 16 Septembre 2017.

John nous donne les meilleures solutions pour renforcer le Varroa et augmenter sa virulence!!!!!

John Haverson


 

Gardez les essaims au frais : 

La température optimale pour le couvain Varroa (autour de 32/33 degrés Celsius) est perturbée par la chaleur naturelle de l’essaim (autour de 35/36 degrés Celsius).

Une ouverture fréquente de la ruche va refroidir celle-ci, et ainsi assurer la pérennité du Varroa.

 

Transférez les rayons entre différentes ruches :

Lors de la perte ou de l’absence de reine, ajoutez un rayon avec œufs et couvain d’une autre ruche ; ceci perturbera l’harmonie hygiénique et sonore de l’essaim, et l’introduction d’une autre souche de Varroa permettra par croisement d’obtenir une variante nouvelle d’une virulence accrue.

 

Utilisez des abeilles importées pour remplacer les essaims perdus :

Les abeilles importées ne sont ni adaptées aux conditions climatiques, ni à la flore locale ; elles seront stressées, et par conséquent moins résistantes au Varroa. 

Ne surtout pas utiliser d’essaim sauvage, ou d’abeilles locales qui pourraient être résistantes au Varroa.

 

Traitez régulièrement :

Ceci tue le Varroa faible, permet la survie des plus forts, et favorisera ainsi sa résistance aux produits chimiques.

Les produits chimiques affaiblissent les abeilles, et perturbent leur faculté à détecter le couvain malformé, ainsi que leur comportement hygiénique général. 

La cire des rayons absorbe les résidus chimiques, ce qui crée par la suite une irradiation lente et continu des produits dans la colonie. 

 

Remplacez le miel et ses nutriments par du sucre :

Les abeilles élevées avec une alimentation pauvre en nutriments auront un système immunitaire affaibli et seront moins résistantes au Varroa et autres pathogènes.

 

Empêchez tout essaimage naturel :

L’essaimage entraîne un arrêt de ponte d'un mois dans la ruche souche, et crée une pause dans la génération du couvain d’abeille pour permettre la division de la ruche. Ceci perturbe le cycle du Varroa, et affaiblit ce dernier.

 

Regroupez vos Ruches le plus densément possible :

Plus les ruches seront proches, plus les abeilles pourront échanger facilement différentes souches de Varroa entre elles ; à terme ceci augmentera la virulence du Varroa au sein de la ruche.

 Une densité importante des colonies peut également augmenter les risques de famine en cas de nourriture insuffisante autour des ruches. Nourir avec une solution sucrée favorise les pathogènes.

L'utilisation de toutes ces recettes vous permettra d'avoir un Varroa très puissant, ce qui sera très positif pour l'affaiblissement de vos colonies.

 


voir aussi notre page : varroa-apiculture-alternative-traiter-ou-ne-pas-traiter

prochainement une nouvelle table ronde: rencontre@rucherecole.fr  tél. 02 31 87 36 63