Molène thapsus 
Verbascum thapsus • Molène Bouillon-blanc, Grande molène, Bouillon-blanc, Herbe de saint Fiacre

Molène-thapsus plante mellifére

La Molène Bouillon-blanc (Verbascum thapsus L.), ou Grande molène au Canada, est une espèce de plantes bisannuelles qui fait partie des Molènes de la famille des Scrophulariaceae. C'est une médicinale traditionnelle. La hampe était utilisée au Moyen Âge comme torche. Les feuilles étaient enlevées et la tige enduite de poix, d'où le surnom de cierge de Notre-Dame donné à la plante, parmi de nombreux autres.

Dénominations

  • Nom scientifique valide : Verbascum thapsus L. ;
  • Nom vulgaire (vulgarisation scientifique) recommandé ou typique en français : Molène Bouillon blanc, en France métropolitaine ou Grande molène selon l'Inventaire des mauvaises herbes du Canada (2003)
  • Autres noms vulgaires : Bouillon blanc commun, Molène thapsus, Molène vulgaire 
  • Noms vernaculaires (langage courant), pouvant désigner éventuellement d'autres espèces : blanc-de-mai, bonhomme bouillon-blanc (ou bouillon blanc), bouillon-jaune, cierge de Notre-Dame, herbe à bonhomme, herbe de saint Fiacre, molène, oreille-de-loup, tabac du diable.

Description

Verbascum thapsus est une plante dicotylédone qui produit une rosette de feuilles dans sa première année de croissance. Les feuilles sont grandes, pouvant atteindre 50 cm de long. La deuxième année, les plantes produisent généralement une seule tige ramifiée atteignant habituellement 1 à 2 m de haut. Dans l'Est de sa répartition en Chine, elle ne dépasse pas 1,5 m de hauteur. La haute hampe se termine en un épi dense de fleurs qui peuvent occuper jusqu'à la moitié de la longueur de la tige. Toutes les parties de la plante sont couvertes de poils en forme d'étoile. Cette couverture est particulièrement épaisse sur les feuilles, leur donnant un aspect argenté. Le nombre de chromosomes de l'espèce est 2n = 36.

Sur les plantes fleuries, les feuilles sont alternes le long de la tige. Elles sont épaisses et décurrentes, avec de nombreuses variations dans la forme entre les feuilles supérieures et les feuilles inférieures de la tige, allant de oblongues à oblancéolées, et atteignant 50 cm de long et  de large. Elles deviennent plus petites en haut de la tige, et moins fortement décurrentes vers le bas. La tige florale est solide, d'un diamètre compris entre 2 et 2,5 cm et, occasionnellement, ramifiée juste au-dessous de l'inflorescence, généralement à la suite de dommages (cassures…). Après la floraison et la libération des graines, la tige et les fruits persistent généralement en hiver après s'être desséchés. Les tiges sèches sont le plus souvent brun foncé, et persistent souvent jusqu'au printemps suivant, voire l'été suivant. La plante produit une racine pivotante peu profonde.

Les fleurs sont pentamères, avec cinq étamines attachées aux pétales, un tube du calice à cinq lobes et une corolle à cinq pétales, jaune vif, mesurant 1,5 à 3 cm de diamètre. Les fleurs sont presque sessiles, avec un pédicelle très courts (2 mm). Les cinq étamines sont de deux types : les trois étamines supérieure sont plus courtes, leurs filets couverts de poils jaunes ou blanchâtres, et ont des anthères plus petites, alors que les deux inférieures ont des filets glabres et des anthères plus grandes. La plante produit des capsules ovoïdes de petite taille (6 mm) qui s'ouvrent par deux valves ; chaque capsule contient un grand nombre de minuscules graines brunes, chacune mesurant moins d'un millimètre, marquées par des crêtes longitudinales. Il existe une forme à fleurs blanches, V. thapsus f.candicans. La floraison dure jusqu'à trois mois, du début à la fin de l'été (juin à août dans le nord de l'Europe). La floraison commence en bas de l'épi et progresse de façon irrégulière vers le haut ; chaque fleur s'ouvre pendant une partie d'une journée et seules quelques-unes sont ouvertes en même temps sur la tige.

Distribution

L'aire de répartition spontanée de Verbascum thapsus est vaste et inclut l'Europe, l'Afrique du Nord et l'Asie, depuis les Açores, les îles Canaries et les îles Britanniques à l'ouest jusqu'à la Chine à l'est, et depuis la Scandinavie et la Sibérie au nord jusqu'à l'Himalaya au sud. Dans le nord de l'Europe, elle pousse depuis le niveau de la mer jusqu'à 1 800 mètres d'altitude18, tandis qu'en Chine on la trouve entre 1400 et 3 200 mètres d'altitude.

Elle a été introduite dans les régions tempérées du globe, et s'est établie comme adventice en Australie, en Nouvelle-Zélande, en Asie tropicale, à la Réunion, en Amérique du Nord, à Hawaii, au Chili, à Hispaniola et en Argentine. Elle a également été signalée au Japon.

Écologie

Le Bouillon blanc est une plante bisannuelle qui a besoin généralement d'une dormance hivernale avant la floraison. Cette dormance est liée à la dégradation de l'amidon activée par des températures basses dans la racine, et une application de gibbérellines permet de contourner cette exigence. Les graines germent presque exclusivement dans un sol nu, à des températures comprises entre 10 °C et 40 °C. Bien qu'elles puissent germer dans l'obscurité totale si les conditions nécessaires sont présentes (les essais donnent un taux de germination de 35 % dans des conditions idéales), dans la nature, elles ne germent que lorsqu'elles sont exposées à la lumière, ou très près de la surface du sol, ce qui explique les préférences de la plante en termes d'habitats. Si la plante peut aussi pousser dans les zones où il existe déjà une végétation peu importante, la croissance des rosettes sur un sol nu est de quatre à sept fois plus rapide.

Les graines germent au printemps et en été. Celles qui germent à l'automne produisent des plantes qui peuvent passer l'hiver si elles sont assez grandes, mais des rosettes de moins de 15 cm de diamètre meurent en hiver. Après la floraison, la plante entière meurt le plus souvent à la fin de sa deuxième année, mais certains individus, surtout dans les zones septentrionales de la répartition, nécessitent une plus longue période de croissance et fleurissent dans leur troisième année. Dans de meilleures conditions de croissance, certains individus fleurissent dans la première année. Il semble que les individus triannuels produisent moins de graines que les bisannuels et les annuels. Alors que l'année de la floraison et la taille sont liés à l'environnement, la plupart des autres caractéristiques semblent avoir une origine génétique.

Une fleur donnée est ouverte pendant une seule journée, s'ouvrant avant l'aube et se fermant dans l'après-midi. Les fleurs sont autogames et protogynes (les pièces femelles arrivent à maturité avant les mâles) et s'auto-polliniseront si elles n'ont pas été fécondées par des insectes durant la journée. Alors que de nombreux insectes visitent les fleurs, seules quelques espèces d'abeilles permettent effectivement la pollinisation. Parmi les visiteurs, on trouve des halictides et des syrphes. Les poils sur les étamines inférieures peuvent servir de points d'appui pour les insectes.

Les graines conservent leur pouvoir germinatif pendant des décennies, jusqu'à une centaine d'années, selon certaines études. Pour cette raison, et parce que la plante produit énormément de graines (chaque plante produit des centaines de capsules, chacune contenant jusqu'à 700 graines, avec un total allant jusqu'à 180 000, ou 240 000 graines), elles restent dans le sol pendant de longues périodes, et peuvent germer à partir du sol, apparemment nu, ou peu après des incendies de forêt. La population se compose généralement d'une population adulte éphémère suivie par une longue période de dormance sous forme de graines. Le Bouillon blanc s'établit rarement sur de nouveaux espaces sans intervention humaine, car ses graines ne se dispersent pas très loin. La dispersion des graines nécessite que la tige soit transportée par le vent ou des animaux ; 75 % des graines tombent à moins d'un mètre de la plante mère, et 93 % tombent à moins de cinq mètres.

Les abeilles du genre Anthidium utilisent les poils de V. thapsus (ainsi que ceux de diverses plantes laineuses) pour faire leurs nids. Les graines sont généralement trop petites pour être consommées par les oiseaux. D'autres espèces d'oiseaux ont été observées consommant les feuilles (la Bernache néné) ou de fleurs, ou recherchant des insectes hébergés par la plante (le Pic à tête blanche ).

C'est une plante hôte pour de nombreux insectes. Parmi ceux-ci, les chenilles de la cucullie du bouillon blanc se nourrissent des feuilles lors de leur cycle de développement avant de se laisser tomber au sol et d'effectuer leur nymphose dans des cocons enterrés.

Utilisations

Le Bouillon blanc a été utilisé depuis longtemps comme un remède pour la peau, la gorge et les affections respiratoires. Il a longtemps eu une réputation médicinale, en particulier comme astringent et émollient, car il contient du mucilage, des saponines, de la coumarine et des glycosides. Dioscoride le recommandait pour les maladies des poumons et il est aujourd'hui largement disponible dans les herboristeries. Les utilisations non médicales incluent des teintures et la fabrication de torches.

Utilisations médicales

Verbasci flos : Les fleurs séchées de la Molène thapsus comme utilisé dans la préparation de tisanes

Dioscoride recommandait la plante il y a 2 000 ans, contre les maladies pulmonaires. Des décoctions et infusions de feuilles ont été utilisées pour l'expectoration, la toux sèche, la bronchite, les maux de gorge et les hémorroïdes. Les feuilles étaient également fumées pour traiter les affections pulmonaires, une tradition qui en Amérique a été rapidement transmise aux peuples autochtones. La combinaison de saponines expectorantes et du mucilage émollient rendrait la plante utilisable contre la toux. Toutes les préparations destinées à être bues doivent être finement filtrées pour éliminer les poils irritants.

Les fleurs séchées entrent dans la composition de la célèbre tisane des « quatre fleurs » utilisée de longue date et de nos jours encore en cas de refroidissement et de toux. Cette tisane n'a en fait des "quatre fleurs" que le nom car en réalité, elle en comprend 7 mélangées à parts égales : mauve, guimauve, gnaphale, tussilage,coquelicot, violette et bouillon-blanc.

Le bouillon-blanc (Verbascum thapsus) seul en infusion est également réputé pour résorber les petites hémorroïdes et irritations anales

L'huile essentielle de la fleur était utilisée contre les catarrhes et les coliques, et, en Allemagne, contre les otites, les engelures, l'eczéma et d'autres affections externes. L'application locale de diverses préparations à base de V. thapsus a été utilisée pour le traitement de la gale, de brûluress, des hémorroïdes, entre autres. Des études récentes ont constaté que le Bouillon blanc contient des composés de type glycyrrhizine ayant une potentielle action bactéricide et anti-tumorale. Ces composés sont concentrés dans les fleurs. Différents extraits ont des niveaux variables d'activité contre les bactéries. La Commission E allemande a autorisé l'usage médicinal de la plante contre les catarrhes. Elle a également fait partie de la pharmacopée nationale aux États-Unis et au Royaume-Uni. Les feuilles de la plante, ainsi que les semences, contiennent de la roténone, en quantités inconnues.

Autres utilisations

Comme beaucoup d'anciennes plantes médicinales (Pline l'Ancien le décrit dans son Histoire naturelle), le Bouillon Blanc était lié aux sorcières, bien que la relation soit restée généralement ambiguë, et la plante a également été largement réputée pour conjurer les malédictions et les mauvais esprits. Les graines contiennent plusieurs composés (saponines, glucosides, coumarine, roténone) qui provoquent des problèmes respiratoires chez les poissons, et ont été largement utilisées comme piscicide pour la pêche.

Les fleurs fournissent des colorants jaune vif ou vert, qui ont été utilisés pour la teinture des cheveux et comme plante tinctoriale pour les textiles. Les feuilles séchées et les poils étaient transformés en mèches de bougies ou mises dans les chaussures pour aider à les isoler. Les tiges séchées étaient également trempées dans le suif ou la cire pour faire destorches. En raison de sa réputation de mauvaise herbe, la plante, contrairement à d'autres espèces du genre (telles que Verbascum phoeniceum), n'est pas souvent cultivée.

Il est aussi utilisé dans des macérations pour la fabrication du schnaps et du sirop de bouillon blanc.

Observée au 15 août, la molène permettrait de prévoir les chutes de neige entre l'automne et le printemps suivants, selon le Bavarois Josef Haslinger.

extrait texte : Wikipedia
photos : © Jan Michael, rucher école Villa le Bosquet


formation et stage d'apiculture naturelle voir notre offre de stages d'apiculture naturelle



Copyright ©  Jan Michael rucher école Villa le Bosquet.www.rucherecole.fr.All rights reserved.
Les photos sur notre site sont protégées par des droits d’auteur.Toute copie et utilisation à fin commerciale sans autorisation est illégale et une infraction au droit de propriété intellectuelle. Elle sera considérée comme une! publication frauduleuse et poursuivie en justice.